RINGLEIN RINGLEIN DU MUSST WANDERN

KARL FRITSCH
28 février – 30 mars 2024

Mesdames et Messieurs,
entrez, entrez, venez admirer les prouesses incroyables de nos artistes, perles dansantes, pierres pétrifiées, bagues exécutant pirouettes et saltos, pièces droites et autres déhanchés au carré. Vous verrez le vol nuptial de brillants en plein manège, des lucioles émeraudes qui sautillent sur leur chorégraphie, contorsionnistes aux mille feux et couleurs pour créer cet événement extraordinaire.

Toutes ont vécu leur métamorphose grâce à Karl Fritsch. Comme un magicien il les contemple silencieusement, avec toute sa sensibilité, les empoigne avec patience, altruisme, générosité et humour.

Karl Fritsch aime les bagues.

Il y a les bagues que nous choisissons pour nous-mêmes et celles que nous recevons. Au-delà de leur présence tactile, elles sont visibles car ornant nos propres mains, nous entretenons un contact visuel et intime avec elles. Symboliquement ces bijoux sont souvent très engagés et c’est probablement le bijou le plus porté et le plus répandu. Pour nous – Homo Faber- la bague dessine nos gestes quotidiens et porte les traces de nos activités. Elle accompagne notre chemin de vie et souvent celui de plusieurs générations, entre symbiose et fardeau. Cet aspect est peut-être le cœur même de l’amour et de la fascination de Karl Fritsch pour les bagues, ce pouvoir d’intervenir sur leurs trajectoires, et ainsi modifier leurs destins, destins que nous escortons. Ringlein, Ringlein, Du musst wandern…